boucherie


boucherie

boucherie [ buʃri ] n. f.
boucerie « commerce de la viande crue » v. 1220; de 2. boucher
1Vx Lieu où l'on abat les bêtes destinées à l'alimentation. abattoir.
2Mod. Animaux de boucherie : mammifères (bétail) élevés pour leur chair (bœufs, moutons, porcs). Débit des animaux de boucherie. quartier; abat, issue. Viande de boucherie.
Commerce de la viande crue de bœuf, de mouton, de porc, et parfois de cheval.
3Magasin où l'on vend cette viande, et d'autres viandes crues éventuellement. Étal, crochet de boucherie. Boucherie charcuterie. Le rayon boucherie d'un supermarché. Boucherie chevaline, hippophagique, où l'on ne vend que du cheval.
4(1764) Région. (Suisse, Canada) Le fait d'abattre, de dépecer et de traiter un animal d'élevage (spécialt le porc) pour la consommation. Loc. Faire boucherie : tuer le cochon.
5(1441) Combat meurtrier. tuerie; carnage, massacre. Envoyer des soldats à la boucherie. « Un officier préparant les Français à la boucherie, pour dire la guerre ! » (Proust).

boucherie nom féminin Industrie et commerce réalisant la transformation en viande des animaux d'élevage. Établissement, rayon d'une grande surface où l'on vend cette viande au détail. Profession de boucher. Massacre, carnage, hécatombe : Envoyer des troupes à la boucherie.boucherie (expressions) nom féminin Animal de boucherie, animal élevé spécialement pour produire de la viande (bœuf, mouton, etc.). ● boucherie (synonymes) nom féminin Massacre, carnage, hécatombe
Synonymes :

boucherie
n. f.
d1./d Commerce de la viande des bestiaux.
d2./d Boutique où se vend de la viande.
d3./d (Québec, Suisse) Abattage et dépeçage du porc à la ferme.
d4./d Massacre, carnage. Mener les soldats à la boucherie.

⇒BOUCHERIE, subst. fém.
A.— Vieilli. Lieu où l'on abat le bétail (cf. abattoir et boucher2 rem.) :
1. À la porte de la boucherie centrale, tu vois des bœufs manger leur foin à deux pas du mandrin, devant le boucher aux bras rouges, qui les regarde en riant. J'envie ça, moi!
BERNANOS, Sous le soleil de Satan, 1926, p. 105.
SYNT. Races, animaux, bêtes de boucherie; abattage, commerce des animaux de boucherie; envoyer, destiner, livrer, expédier (des animaux) à la boucherie.
P. métaph. :
2. Maintenant la voilà qui pleure (...). Ah! Si j'étais un écolier de rhétorique, comme je réfléchirais profondément sur cette misère couronnée, sur cette pauvre brebis à qui on met un ruban rose au cou pour la mener à la boucherie! Cette petite fille est sans doute romanesque; il lui est cruel d'épouser un homme qu'elle ne connaît pas. Cependant elle se sacrifie en silence; ...
MUSSET, Fantasio, 1834, II, 3, p. 216.
P. anal., péj. [En parlant d'êtres humains, partic. s'ils sont sans défense] Hécatombe, massacre.
1. [Le plus souvent en parlant de la guerre, de ses combats sanglants] :
3. Ces braves étaient ainsi à la boucherie, sans cavalerie pour les protéger, et sans artillerie pour les venger.
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 1097.
SYNT. Conduire, envoyer, mener (des armées) à la boucherie; aller, prendre part à la boucherie; arrêter la boucherie; être sauvé d'une boucherie; scène de boucherie; épouvantable, effroyable, horrible boucherie.
2. Plus rare :
4. Les Antis nommaient sacrifices ces horribles boucheries. Je ne pousserai pas plus loin le détail des assassinats religieux commis chez les différents peuples, sous le prétexte de rendre hommage à la divinité et de l'honorer par un culte.
DUPUIS, Abr. de l'Orig. de tous les cultes, 1796, p. 421.
5. Nous étions en effet, parvenus à la place où s'exercent ces boucheries judiciaires qui maintiennent encore notre civilisation au niveau des lois et des mœurs des anthropophages.
NODIER, La Fée aux miettes, 1831, p. 139.
B.— Usuel. Boutique de vente au détail de la viande. Aller à la boucherie; garçon de boucherie; boucherie hippophagique, chevaline :
6. ... la splendeur souvent rénovée des charcuteries des petites villes des confins septentrionaux du Massif Central ne trouverait pas d'autres sources d'explication : chaque semaine, telle d'entre elles qui débite cinq à sept porcs à la clientèle de son magasin, en achemine deux ou trois wagons à Paris. Tel boucher qui tue hebdomadairement une vache, trois veaux et un mouton est tous les lundis à La Villette pour suivre ses ventes. L'exode rural ne s'est pas accompagné, au moins dans les régions d'élevage, d'une disparition de boucheries ou charcuteries; ...
WOLKOWITSCH, L'Élev. dans le monde, 1966, p. 178.
P. méton.
1. Commerce de la viande. La boucherie a haussé ses prix, la boucherie est soumise à certains règlements (Ac. 1932); à Clermont-Ferrand, on essaya de municipaliser la boucherie (G. LEFEBVRE, La Révolution fr., 1963, p. 406) :
7. Dans le but d'éviter les abattages clandestins, la commission émet le vœu que les taxes sur la viande soient unifiées, (...). Elle rappelle à ce sujet les études faites par l'interprofession et plus spécialement par la fédération de la boucherie en gros.
Quelques aspects de l'équipement agric. en France, 2, 1951, p. 34.
Viande de boucherie. Tout viande vendue dans une boucherie (bœuf, vache, veau; mouton, agneau; cheval), celle de porc mise à part (cf. boucher-charcutier et charcuterie) :
8. On a de grandes facilités quand on traite une assemblée nombreuse et des appétits robustes; avec de la viande de boucherie, du gibier, de la venaison et quelques grosses pièces de poisson, on a bientôt composé un repas pour soixante personnes.
BRILLAT-SAVARIN, Physiol. du goût, 1825, p. 279.
2. Ensemble des personnes appartenant à cette profession :
9. De Saint-Lazare aux abattoirs,
...
Les beaux gars de la boucherie
Sont les grands seigneurs des trottoirs.
J. LORRAIN, Modernités, Seigneurs, 1885, p. 99.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1268-71 « lieu où l'on tue les animaux destinés à la consommation » (E. BOILEAU, Métiers, 2e p., XXX, 3, 7 éd. Lespinasse et Bonnardot, Paris, 1879, p. 281 : brebiz de bocherie) — 1606 impropriété (selon NICOT, s.v. boucherie : le lieu où la chair se vent, et despece; car celuy ou les beufs et autre bestiail se tuent, est appelé tuerie); 2. ca 1220 boucerie « lieu où l'on vend la viande des bestiaux » (Huon de Bordeaux, éd. Guessard et Grandmaison, 4031); 3. 1595 « tuerie, carnage » (MONTAIGNE, Essais, éd. Gallimard, t. 1, 31, p. 251).
Dér. de boucher2; suff. -erie. À rapprocher du lat. médiév. bocharîa (fin du Xe s. dans Mittellat. W., s.v. bucheria, 1602, 10). Cf. l'ital. beccheria « boucherie ».
STAT. — Fréq. abs. littér. :322. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 343, b) 539; XXe s. : a) 586, b) 433.
BBG. — LEW. 1960, p. 113, 190.

boucherie [buʃʀi] n. f.
ÉTYM. V. 1220, boucerie, sens 2; de 2. boucher.
1 (V. 1268). Vx. Lieu où l'on abat les bêtes destinées à l'alimentation. Abattoir.Mod. || Animaux de boucherie, élevés pour leur chair (bœuf, cheval, mouton, porc, veau). || État d'engraissement des animaux de boucherie ( Maniement). || Fourgon pour le transport des animaux de boucherie. Bétaillère. || Débit des animaux de boucherie. Brochage, découpage, dépeçage, dépouillement, échaudage, échaudoir, habillage, tranchoir.
1 Vous avez (à Paris) des boucheries dans de petites rues sans issues qui répandent en été une odeur cadavéreuse, capable d'empoisonner tout un quartier.
Voltaire, Lettre à Paulet, 22 avril 1768.
Viande de boucherie (ou viande bouchère).Abattis de boucherie. Coiffe, crépine, issue. || Viande de boucherie. Bœuf, mouton; carcasse (infra cit. 3); bout-saigneux, collet, gîte, nache, poitrine, selle (d'agneau, de mouton). || Parer, habiller la viande de boucherie, en retirer la peau, les nerfs, les graisses inutiles. || Attendrir la viande de boucherie ( Attendrisseur).
2 Commerce de la viande crue (bœuf, cheval, mouton, porc, veau) au détail.Boutique de boucher. || Boucherie-charcuterie, spécialisée dans la viande de porc. || Boucherie chevaline, où on ne vend que du cheval. || Boucherie de 1re catégorie. || L'étal d'une boucherie.
1.1 Je traversai et m'arrêtai devant la boucherie. Derrière la grille les rideaux étaient fermés, de grossiers rideaux en toile rayée bleu et blanc, couleurs de la Vierge, et tachés de grandes taches roses.
S. Beckett, Nouvelles, « Le calmant », p. 66.
tableau Principaux noms désignant des magasins.
Fig. Avoir du crédit comme un chien à la boucherie, ne pas en avoir.
3 (1441, in D. D. L.) Tuerie; carnage, massacre. || Conduire, envoyer des soldats à la boucherie ( Guerre). || Une véritable boucherie.
1.2 Si vous m'envoyez en Angleterre en ce temps icy, je n'en retournerai jamais : c'est aller à la boucherie, et pour un (sic) affaire qui n'est point si fort contrainct qu'il ne se puisse bien differer à un autre temps, que le roy d'Angleterre aura passé sa colère; car maintenant qu'il est animé, il me fera trencher la teste.
Bonaventure des Périers, Nouv. récréations, 1558, in Conteurs franç. du XVIe s., Pl., p. 468 (in D. D. L., II, 4).
2 (…) Un officier préparant les Français à la boucherie, pour dire la guerre !
Proust, À la recherche du temps perdu, t. IX, p. 180.
2.1 Au fond, vous parlez comme si vous ne deviez jamais vous battre. Vous mettez des poètes dans l'armée. Vous oubliez que la guerre sera toujours une boucherie.
J. Renard, Journal, 20 avr. 1909.
4 (1764). Régional (Suisse, Canada). Le fait d'abattre, de dépecer et de traiter un animal d'élevage (spécialt, le porc) pour la consommation. → Boiton, cit. 2. ☑ Loc. Faire boucherie : tuer le cochon (syn. : bouchoyer).
3 On a entendu crier les cochons, c'est le temps de la boucherie. Un matin, tout a été préparé; derrière la maison, on saigne la bête (…) Plus tard, à la fontaine, on voit venir l'homme et la femme qui portent une grosse seille; et de dedans sortent et s'étirent en l'air les longs boyaux blancs.
C.-F. Ramuz, le Village dans la montagne, Œ. compl., t. III, p. 138.
4 On était à la fin de l'hiver, quand on commence à faire boucherie (…) Laver le cochon dans le cheneau, limer son cuir, arracher les soies avec la chaîne dans l'eau de soude, ça nous connaît !
Jacques Chessex, Portrait des Vaudois, p. 48.
5 — Goûte ces cretons, Mathieu. J'ai fait boucherie pour les Fêtes.
— Y a pas à dire, c'est bon.
Jean-Yves Soucy, Un dieu chasseur, p. 67.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • boucherie — BOUCHERIE. s. f. Le lieu où l on tue, et celui où l on vend publiquement la viande du gros et du menu bétail. Acheter de la viande à la boucherie. Les boucheries sont fermées, sont ouvertes. [b]f♛/b] Il signifie figurément, Tuerie, massacre,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • boucherie — Boucherie, Carnarium, Laniena, Laniarium. Le lieu où la chair se vent, et despece: car celuy ou les beufs et autre bestiail se tuent, est appelé tuerie. Toutefois par translation Boucherie se prend aussi pour tuerie, comme, Ce Capitaine a exposé… …   Thresor de la langue françoyse

  • boucherie — Boucherie. s. f. Le lieu où l on vend de la chair. Les boucheries sont fermées, sont ouvertes. Il signifie fig. Tuerie, massacre, carnage; comme, Il s y est fait une grande boucherie. On dit, Mener, ou envoyer des soldats à la boucherie, pour… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Boucherie — (frz., spr. busch rih), Schlachthaus, Fleischladen; auch Blutbad, Gemetzel …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Boucherie — The Butcher and his Servant, dessiné et gravé par J. Amman (XVIe siècle) …   Wikipédia en Français

  • boucherie — (bou che rie) s. f. 1°   L endroit où l on tue les bestiaux ; lieu où l on débite et où l on vend la chair crue des bestiaux. •   Vous avez [à Paris] des boucheries dans de petites rues sans issue, qui répandent en été une odeur cadavéreuse,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BOUCHERIE — s. f. L endroit où un boucher tue les boeufs, les moutons, etc., et L étal où il en vend la chair en détail. Les boucheries sont fermées, sont ouvertes. Aller à la boucherie. Acheter de la viande à la boucherie. Manger de la viande de boucherie.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BOUCHERIE — n. f. Endroit où l’on abat les bêtes dont la chair doit être vendue. Envoyer un boeuf à la boucherie. On dit plutôt aujourd’hui ABATTOIR. Il désigne plus ordinairement le Commerce que font les bouchers. La boucherie a haussé ses prix. La… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • boucherie —    Bordel, où abondent les gros morceaux de viande, humaine.        Je vais connaître cette maison et savoir quelle viande il y a à son étal, à cette boucherie là.    LEMERCIER DE NEUVILLE …   Dictionnaire Érotique moderne

  • boucherie — bou·che·rie …   English syllables


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.